Ferme Bernier Roberge: asperges, prunes et passion

Partager

Seule ferme de Sherbrooke à se spécialiser dans la culture d’asperges, la Ferme Bernier Roberge vient tout juste de terminer sa saison pour ce légume de plus en plus apprécié. Rencontre avec une propriétaire passionnée…

Il y a vingt ans, Lyne Roberge a pris la décision de quitter son métier de représentante publicitaire pour se lancer dans l’aventure de l’agriculture. Après avoir passé quelques mois sur les bancs d’école du CRIFA, à Coaticook, Mme Roberge et son conjoint Michel Bernier ont acheté un terrain agricole en friche sur le chemin Moulton Hill, à Sherbrooke.

« J’aimais l’idée de cultiver l’asperge, car c’est le premier légume de l’année. La saison est habituellement lancée à la fête des Mères. C’est aussi un légume que les gens découvrent de plus en plus, puisqu’il se conserve bien », indique Mme Roberge.

« L’achat du terrain a eu lieu en 2010 et les griffes d’asperges ont été plantées en 2013. J’ai attendu quatre ans avant de faire une première récolte (un minimum de trois ans est nécessaire avant d’effectuer une première récolte) », explique la propriétaire, précisant que deux acres et demie sont consacrées à la culture de l’asperge.

Malgré le temps frisquet et maussade du printemps, la saison 2019 a été plutôt satisfaisante, se déroulant sur 30 jours, soit une période qui se situe dans la moyenne.

« La température est le seul facteur qui peut jouer sur la saison. La pluie ne change rien. Les asperges poussent de 20 centimètres par jour, explique Lyne Roberge. S’il fait très chaud, elles poussent jour et nuit et peuvent donc dépasser les 20 centimètres par jour en période de grosses chaleurs. En raison du froid de ce printemps, je n’ai pas pu cueillir tous les jours. Heureusement, mon terrain est situé sur le versant sud, ce qui facilite la culture.

Passionnée par l’agriculture

La Ferme Bernier Roberge, c’est d’abord et avant tout le rêve de Lyne Roberge. En ce moment, elle peut compter sur trois employés (dont son conjoint copropriétaire) pour l’aider sur la terre dans la culture de l’asperge, en juin, et des prunes (quatre variétés), en août.

Certains restaurateurs et épiciers de Sherbrooke achètent les asperges de Mme Roberge, mais plus de 60 % de sa récolte est vendue directement à la ferme. Les prochains rendez-vous sont fixés au mois d’août, pour l’achat et l’autocueillette des prunes.

D’autres projets sont à venir dans les prochaines années pour la petite ferme. Mme Roberge aimerait développer le secteur maraicher et faire la culture de courges.

Crème d’asperges (4 à 6 portions)

(Recette coup de cœur de Lyne Roberge)

 2 L d’eau

225 g d’asperges (couper l’extrémité dure et détailler en tronçon de 2,5 cm

1 pomme de terre (pelée et coupée en dés)

1 oignon (en tranches)

1 carotte moyenne (en tranches)

0,25 L de crème à 35 %

20 g de beurre ou de margarine

Sel, poivre au goût

 Cuire les légumes dans l’eau bouillante salée jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Filtrer la soupe à travers une passoire l’homogénéiser au mélangeur.

Remettre la soupe dans la marmite, ajouter la crème, le beurre ou la margarine, le sel et le poivre, remuer, puis porter à ébullition. Remuer de nouveau, couvrir la marmite, et laisser la soupe mijoter pendant dix minutes de plus. Servir chaud.

Recette tirée du livre du frère Victor-Antoine d’Avila Latourrette

 

 

Partager

Articles récents

Agriculture Sherbrooke

« Nous récoltons à la main, même lorsqu’il fait -10 degrés! »

21 janvier 2020

Nouvelle entreprise

Une bourse du Fonds Nouvel entrepreneur pour le projet Mouvement Épione, d’Isabelle Nolin

17 janvier 2020

Articles Reliés

Agriculture Sherbrooke

« Nous récoltons à la main, même lorsqu’il fait -10 degrés! »

21 janvier 2020

Agriculture Sherbrooke

L’ABC de L’ARTERRE-Estrie

19 décembre 2019
Toutes les publications