L’ABC de L’ARTERRE-Estrie

Partager

En ce moment, dans notre région, on compte plus de 300 fermes sans relève et on estime perdre une ferme par semaine. Cette situation n’est pas unique à l’Estrie et touche tout le Québec. En 2018, afin de soutenir le démarrage de nouvelles entreprises agricoles et d’assurer la pérennité des fermes déjà existantes, un service de jumelage, L’ARTERRE, a été mis sur pied par le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ).

Lyne Desnoyers est agente régionale pour L’ARTERRE. Elle a le mandat d’accueillir et d’épauler les aspirants-agriculteurs qui ont un intérêt pour l’Estrie, en vue de créer des jumelages avec les propriétaires agricoles.

« Je vérifie si les aspirants ont des connaissances ou s’ils ont fait des études en agriculture, explique Mme Desnoyers. Je regarde leur CV et leur plan d’affaires et je m’assure qu’ils ont de l’expérience pertinente en agriculture avant de se lancer en affaires dans ce secteur. On regarde ensemble, en entrevue d’adhésion, s’ils ont un réseau de contacts professionnels pour les appuyer dans leur démarrage ou leur repreneuriat, puisqu’il s’agit d’un des facteurs de succès pour une entreprise. Je vérifie aussi s’ils ont la fibre entrepreneuriale. Si ce n’est pas le cas, je les invite à aller suivre la démarche la Bosse des affaires, chez Pro-Gestion Estrie, pour voir s’ils ont un réel intérêt pour l’entrepreneuriat. Lorsque les aspirants sont prêts, je les présente aux agents de maillage (il y a un agent pour chaque MRC de l’Estrie) et nous faisons ensemble du repérage. C’est un travail d’équipe. » Notons que pour le territoire de Sherbrooke, le mandat a été donné à Pro-Gestion Estrie et à l’agente de maillage et agente de développement agroalimentaire Marie-France Audet.

Mme Desnoyers s’occupe aussi de la diffusion de l’information concernent L’ARTERRE, dans le but entre autres d’inciter les producteurs à s’inscrire au service. « Le processus peut être long. La transférabilité est différente d’une production à l’autre et il y a une passation des savoirs qui peut s’étaler sur plusieurs années. Il est donc important que les producteurs intéressés à faire éventuellement un transfert d’entreprise s’inscrivent le plus rapidement possible. »

12 jumelages effectués en Estrie

Depuis un an et demi, 90 visites d’aspirants-agriculteurs chez des propriétaires agricoles ont été effectuées dans la région. Sur ces rencontres, 12 ont abouti en jumelages et 13 sont présentement en négociation en vue d’une entente.

Parmi les 12 jumelages, on compte trois fermes maraichères, quatre ententes pour une entreprise apicole, deux fermes laitières, un jardin ornemental, un verger et une ferme en grandes cultures. Deux des jumelages sont des achats et 10 sont des locations de terres.

« La location est une possibilité intéressante, ce n’est pas négatif, bien au contraire, souligne Mme Desnoyers. C’est un levier pour aider au démarrage d’entreprises. La location est aussi possible en production animale. Vu l’augmentation du prix des terres agricoles, la location devient presque essentielle pour la rentabilité des entreprises en démarrage. »

La localisation de notre région et le prix des terres avantagent l’Estrie lorsqu’il s’agit de capter l’attention d’aspirants-agriculteurs. « Les terres sont moins chères ici que dans plusieurs régions du Québec, dont la Montérégie. Nous avons encore cet avantage qui nous permet de réussir à attirer de la relève chez nous. »

Récemment, le Verger CR à Magog a été racheté par une famille du Centre-du-Québec qui a choisi de quitter cette région pour s’établir à Magog. La nouvelle propriétaire, Caroline Niquette, n’avait pas d’expérience dans la production pomicole. « Avant d’effectuer le transfert d’entreprise, les propriétaires du Verger CR tenaient à s’assurer que la relève soit formée. La nouvelle propriétaire est donc allée chercher une formation en pomiculture pour s’approprier les connaissances nécessaires », précise Mme Desnoyers. Le nom de Verger CR a été changé pour Verger familial et compagnons.

Pour en savoir plus sur la mission L’ARTERRE, visitez le https://arterre.ca/ ou le https://progestion.qc.ca/developpement-agroalimentaire/.

Crédit photo: La Boite à légumes

 

Partager

Articles récents

Actualités

Les Grenailles : un divertissement entre amies transformé en véritable entreprise

14 septembre 2020

Actualités

Des nouveautés et des collaborations pour le 3e anniversaire des Zerbes Folles

8 septembre 2020

Articles Reliés

Actualités, Agriculture Sherbrooke

Défi 100 % local : la population invitée à choisir ses propres objectifs

5 août 2020

Agriculture Sherbrooke

Une hausse des ventes, de nouveaux vins et une relève qui se dessine pour la Halte des Pèlerins

8 juillet 2020
Toutes les publications