L’Écolo Boutique : le plaisir, la valorisation et l’écoresponsabilité au travail

Partager

L’idée a mijoté un certain temps avant que Pierre Bolduc face le grand saut en entrepreneuriat, avec un concept qui met l’environnement en avant-plan. Presque dix ans après l’ouverture de l’Écolo Boutique, le fondateur propriétaire est on ne peut plus fier de l’ascension que connait son entreprise.  

Le concept? Offrir une vaste sélection de produits nettoyants et de matières premières en vrac, permettant aux clients d’apporter leurs propres contenants pour un mode de vie qui se rapproche du zéro déchet. En 2010, ce concept était très peu exploité. Dix ans plus tard, ce type de commerce est encore en émergence, mais il est hautement actuel.

Avant de se lancer dans l’aventure de l’Écolo Boutique, Pierre Bolduc travaillait au Delta de Sherbrooke, en tant que chef exécutif en cuisine.

« L’environnement m’a toujours tenu à cœur et je me suis toujours demandé pourquoi on n’insistait pas davantage pour que les entreprises adoptent des pratiques écoresponsables, raconte M. Bolduc. De mon côté, j’ai commencé à poser des gestes environnementaux dans la cuisine du Delta, pour ensuite étaler ces pratiques dans tout l’hôtel. »

Réalisant que les commerces en vrac manquaient, M. Bolduc a décidé de quitter son emploi pour démarrer son entreprise. En janvier 2010, l’Écolo Boutique ouvrait au coin de la rue King et de la 10e Avenue, dans un local de 1 300 pieds carrés. Seul derrière le comptoir, le nouveau propriétaire s’occupait de tout.

Cinq ans plus tard, les affaires allaient bon train et on troquait le petit local pour un espace plus grand (2 400 pieds carrés), rue King Est. Aujourd’hui, l’Écolo Boutique compte 14 employés et voit son concept de plus en plus reconnu auprès des Sherbrookois. D’ailleurs, l’espace manque encore.

« Nous sommes partis d’un petit chiffre d’affaires à un chiffre assez impressionnant! On a toujours eu le vent dans les voiles, mais nous avons une progression importante depuis quelque temps. Par exemple, le chiffre d’affaires du mois de décembre dernier a été plus élevé que notre chiffre d’affaires de la première année complète. »

Excellant dans la vente au détail et dans la distribution, l’Écolo Boutique a récemment développé une marque de produits d’entretien. Les produits sont distribués dans plus de 300 points de vente au Québec, ainsi qu’à quelques endroits au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. « Nous sommes présentement en train de percer le marché de l’Ontario », ajoute M. Bolduc.

Prochain projet? Une deuxième boutique, cette fois à Rock Forest. L’espace de 4 200 pieds carrés sera séparé en deux sections pour la vente au détail et l’entreposage. « La deuxième succursale est présentement en construction, au coin du Boulevard Bourque et de la rue Fortier. Cette deuxième succursale devrait créer autant d’emplois, sinon plus, puisque nous aurons beaucoup plus d’espaces qu’ici », explique le propriétaire, précisant qu’il partagera le bâtiment avec les commerces Le Silo (2e succursale) et Sports aux puces.

Prendre soin de son équipe, une formule gagnante

Ce respect qu’il porte à l’environnement, Pierre Bolduc le porte aussi à ses employés. « Si vous traitez bien vos employés, vos employés traiteront bien votre entreprise », souligne-t-il.

Entente d’assurances collectives, mise au point d’une échelle salariale plus structurée et juste, mesures de conciliation travail-famille et activités pour permettre un bon climat de travail; les actions pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre ont été nombreuses.

Finalement, l’Écolo Boutique s’en sort plutôt bien. « Disons que lorsqu’on se compare, on se console. Nous recevons beaucoup de CV, ce n’est pas ça notre problème. Il est cependant plus difficile de trouver des candidats qui peuvent répondre aux exigences de notre commerce. Ici, le service à la clientèle est très important. »

Et selon M. Bolduc, qu’est-ce qui fait en sorte que le manque de main-d’œuvre se fait moins sentir à l’Écolo Boutique? « Je crois que c’est notre type d’entreprise, répond-il. Beaucoup de gens veulent faire la différence et veulent travailler dans une entreprise qui a des valeurs. La vente de produits écologiques et en vrac, c’est dans l’ère du temps. D’ailleurs, parmi les employés, plusieurs ont été d’abord clients avant de travailler ici. »

Et quel est le meilleur conseil qu’il peut donner aux petits commerces qui n’ont pas la même chance, côté main-d’oeuvre? « L’ajout d’une politique environnementale, répond M. Bolduc. On le voit depuis un certain temps, les employeurs tentent de séduire les candidats avec des formations payées, des vacances et des salaires plus élevés, mais je pense que pour approcher la main-d’œuvre de nos jours, peu importe le domaine, il faut que l’entreprise soit pourvue de valeurs. Par exemple, une politique environnementale. »

L’Écolo Boutique est certes un exemple à suivre. « La boutique a été créée avec 80 % de matériaux usagés, dont notre comptoir qui a été fabriqué avec les vieilles portes d’un couvent. Ce sera la même chose pour la succursale de Rock Forest. Dans la boutique, nous compostons et nous faisons la gestion des matières résiduelles. J’encourage aussi les entreprises d’ici. C’est important d’acheter le plus près possible. »

Pour en savoir plus sur cette entreprise sherbrookoise, visitez ecoloboutique.ca.

Pour lire d’autres belles histoires d’entreprises d’ici, rendez-vous sur progestion.qc.ca ou sur uma-estrie.ca.

 

Partager

Articles récents

Agriculture Sherbrooke

« Nous récoltons à la main, même lorsqu’il fait -10 degrés! »

21 janvier 2020

Nouvelle entreprise

Une bourse du Fonds Nouvel entrepreneur pour le projet Mouvement Épione, d’Isabelle Nolin

17 janvier 2020

Articles Reliés

Entreprise vedette

Objectifs : valoriser l’achat local et les pratiques écoresponsables

16 janvier 2020

Entreprise vedette

La nouvelle cuisine du prêt-à-manger signée Madame Dupont & Compagnie

10 janvier 2020
Toutes les publications