Matthieu Binette et l’art de dynamiser son atelier

Partager

Presque vingt ans après entamé une carrière de sculpteur, le Sherbrookois Matthieu Binette a envie, mais surtout besoin, de dynamiser son lieu de création. Du même coup, son projet Latelier Matthieu permet de démocratiser l’art en la rendant plus accessible au grand public.

La  création en arts visuels se fait plus souvent qu’autrement dans la solitude, le recueillement. Mais à la longue, pour un artiste, cet isolement peut peser fort dans la balance de son équilibre de vie. Pour Matthieu Binette, la solution à ce sentiment de solitude était la création d’un projet pour dynamiser son atelier et permettre aux amateurs d’art (et à ceux qui désirent s’initier) de voir tout le travail derrière l’oeuvre.

« Mon objectif est de présenter le fruit de mon travail et ma démarche à l’intérieur même de mon atelier », explique Matthieu Binette, qui a eu recours pendant la dernière année aux services de Pro-Gestion.

Environ un mois après le début de sa campagne (qui se termine ce vendredi), il a largement dépassé son objectif financier de 7 500$, qui permet l’achat d’équipements et l’aménagement de l’espace (éclairage, caméras, projecteurs, technique d’animation Stop Motion, etc.)

« Le but premier de ce projet était d’abord de me dynamiser, et ça, je peux dire que c’est réussi. Maintenant, je veux montrer au public ce que je fais en atelier, rendre l’art plus accessible. Je veux que les gens voient ce qui se cache derrière le masque. Mon atelier ne servira jamais de lieu d’exposition, mais je compte faire des happenings une fois par trois mois, environ », explique celui dont l’espace de création est situé sur la rue Belvédère.

Privilégié de vivre de son art 

Matthieu est passé par le Cégep de Sherbrooke, en arts plastiques, mais ne possède pas de diplômes sur lesquels des professeurs auraient pu y inscrire leur appréciation finale. L’artiste a plutôt créé sa chance en s’entourant de modèles et en faisant ses propres apprentissages.

D’ailleurs, au début de la vingtaine, Matthieu a reçu un bon coup de pouce de l’homme d’affaires André L’Espérance, qui lui a proposé d’être son mécène. « M. L’Espérance m’a offert un petit espace d’atelier au centre-ville de Sherbrooke. Je sais que suis privilégié. À 23 ans, j’avais un salaire et je vivais déjà de mon art. »

Presque 20 ans plus tard, Matthieu vit toujours de son art, sans mécène, et vend ses sculptures de bronze partout au Québec, ailleurs au Canada, et même à travers le monde.

Certaines de ses œuvres font d’ailleurs partie du paysage de Sherbrooke, de l’Estrie et même d’ailleurs au Québec. On peut voir ses sculptures de bronze extérieures entre autres devant l’OMG Resto et devant la Basilique-Cathédrale Saint-Michel.

Pour en savoir plus sur l’artiste : www.matthieubinette.com.

 

Partager

Articles récents

Travailleur autonome

Métier : travailleur autonome épanoui!

6 décembre 2019

Agriculture Sherbrooke

Un projet de pain ancien avec des glutens moins agressifs pour Les Vraies Richesses

5 décembre 2019

Articles Reliés

Entreprise vedette

Les Vraies Richesses : un succès au centro qui s’amène maintenant à Rock Forest

28 novembre 2019

Entreprise vedette

Génération d’Encre : entrepreneurs habiles et artistes passionnés!

21 novembre 2019
Toutes les publications