Visite de l’entreprise Artopex pour des femmes en quête d’un nouvel emploi

Partager

Un groupe de femmes du Centre d’intégration au marché de l’emploi (CIME) a fait cette semaine la visite de l’entreprise Artopex, dans le cadre d’une démarche de onze semaines qui vise à explorer différents univers, à se découvrir de nouveaux intérêts et à élargir ses possibilités de développement professionnel. L’entreprise, qui compte 70 employés à Sherbrooke, a retenu l’intérêt des visiteuses en raison de la bonne ambiance qui semble habiter l’usine.

Le Centre d’intégration au marché de l’emploi (CIME) accueille à l’année des femmes qui ont besoin d’un soutien pour leur insertion socioprofessionnelle. Ces femmes sont en questionnement professionnel, aspirent à un changement ou font un retour sur le marché du travail après une longue période d’absence. Ces femmes ont besoin de définir leurs forces et leurs compétences, en plus de trouver ou de retrouver leur confiance en soi.

Parmi les services offerts par le CIME, il y a le projet préparatoire à l’emploi. « Il s’agit d’une démarche de groupe à temps plein de onze semaines, dans laquelle il y a beaucoup de visites d’entreprises et d’exploration en centres de formation professionnelle, explique Joana Méthot, agente de liaison et de milieu au CIME. Nous aidons les femmes à se découvrir des intérêts, des compétences et à élargir leurs possibilités. Elles peuvent décider par la suite de faire un retour aux études ou d’aller travailler dans un domaine qu’elles ne connaissaient pas auparavant. Cette démarche peut aussi les aider à valider un choix. Par exemple, si un domaine en particulier les intéresse, elles peuvent aller faire un stage d’observation pour confirmer cet intérêt. »

Visite de l’usine Artopex  

C’est dans le cadre du projet préparatoire à l’emploi du CIME, en collaboration avec le service Uma, qu’un groupe de sept femmes a pris part cette semaine à une visite chez Artopex, située sur la rue Portland. Créée en 1980 à Granby, l’entreprise manufacturière de mobilier de bureau haut de gamme compte 70 employés à Sherbrooke et plus de 800 à travers le pays (principalement au Québec).

En recrutement depuis six mois, Artopex termine présentement cette période d’embauche massive. Elle a accepté d’ouvrir les portes de son usine au petit groupe de femmes qui a pu poser diverses questions liées à l’entreprise et à l’industrie manufacturière.

« En pleine effervescence, Artopex répond à une clientèle qui provient de partout en Amérique du Nord, indique Stéphanie Théberge, coordonnatrice de production. Signe que le marché se porte bien, l’entreprise a investi quatre millions de dollars dans son usine de Sherbrooke en octobre dernier, ce qui permettra de doubler sa superficie. »

Assembleur de meubles, superviseur de production, coordonnateur de production, journalier, opérateur, technicien en génie industriel, agent expérience client ; les possibilités d’emplois sont nombreuses dans l’entreprise. Et à une époque où les employeurs doivent composer avec un manque important de main-d’œuvre, comment Artopex s’y prend-elle pour attirer et garder ses employés?

« En offrant de bonnes conditions, de l’encadrement, des suivis et une bonne écoute, répond Mickael Gagnon, directeur d’usine. Ce sont différentes petites actions qui font la différence. Le respect des employés est aussi très important. Avec la nouvelle réalité, les employeurs ne peuvent pas agir comme il y a 20 ou 30 ans, à l’époque où ils pouvaient se permettre de crier sur leurs employés. Ici, nous accueillons de nouveaux employés qui ont choisi de quitter leur emploi parce qu’ils ne se sentaient pas respectés par leur ancien employeur. Ce n’est pas compliqué aujourd’hui ; si tu ne traites pas bien ton employé, tu le perds! »

Le CIME, l’encouragement nécessaire pour y arriver!

Le petit groupe de femmes accueilli cette semaine par Artopex visitera au cours de sa démarche de onze semaines plusieurs entreprises et centres de formation. « Nous accompagnons aussi des filles déjà dans des programmes de formation en DEP pour favoriser leur maintien, explique Mme Méthot, du CIME. C’est qu’il y a des enjeux de conciliation et de pertes de motivation. Les conseillères sont donc présentes pour faciliter leur situation et pour qu’elles maintiennent leur projet professionnel. Par la suite, nous faisons de l’accompagnement à la recherche d’emploi et au maintien à l’emploi. »

Récemment, elles ont fait la visite du magasin Canac, du Centre de formation professionnelle 24-Juin, ainsi que de l’organisme Au pont de bois Ébénisterie. D’autres visites dans les domaines de l’usinage, de la carrosserie et de la menuiserie sont prévues dans les prochaines semaines.

Pour en savoir plus sur le Centre d’intégration au marché de l’emploi, visitez le https://cime-emploi.com/. Notons que le CIME est un partenaire important d’Uma, un service liaison avec le marché du travail offert par Pro-Gestion Estrie.

Pour en savoir plus sur l’entreprise Artopex, rendez-vous au artopex.com.

 

Partager

Articles récents

Actualités

La pédagogie entrepreneuriale : la prochaine façon d’enseigner?

17 février 2020

Entrepreneuriat

Défi OSEntreprendre : l’occasion de briller par des projets entrepreneuriaux

14 février 2020

Articles Reliés

Visite d'entreprise

Une visite qui suscite de nouvelles vocations professionnelles pour des femmes du CIME

13 février 2020

Visite d'entreprise

Visite de l’entreprise Artopex pour des femmes en quête d’un nouvel emploi

11 décembre 2019
Toutes les publications