À la rencontre d’Alexandre Dagenais, «agro-paysagiste» passionné

Partager

Lorsqu’il a démarré la Ferme Terre d’Abondance, il y a huit ans, Alexandre Dagenais avait envie de faire découvrir à la population une production rare, composée de légumes vivaces ainsi que de plantes aux différentes fonctions (comestibles, médicinales, bénéfiques pour le sol, etc). Passionné aussi par son métier de paysagiste, il signe de nombreux aménagements paysagers, aux quatre coins de Sherbrooke.

C’est après ses études en horticulture à Saint-Hyacinthe qu’Alexandre Dagenais a commencé à s’intéresser à l’agriculture, plus particulièrement à la production de légumes vivaces et de plantes rares.

Persil japonais, Apios americana, roquette vivace, Crosne du Japon, céleri coréen, topinambour, ail penché, verge d’or odorante; ces plantes sont rares et certaines sont quasi introuvables.

« Ce que je propose aux gens est d’avoir un aménagement avec une architecture conventionnelle dans laquelle sont ajoutés des légumes et plantes vivaces, explique Alexandre. L’idée est d’avoir un écosystème de plus en plus autonome, mais qui produit pour les personnes. »

Alexandre cultive aussi des plantes médicinales (mélisse, consoude, angélique, etc.) que sa conjointe, Marie-Noël de la Bruère, transforme par la suite en différents produits de soins corporels et de prévention.

« Les produits sont vendus sous forme d’abonnement annuel, explique le propriétaire de la Ferme Terre d’Abondance. Chaque client abonné reçoit un panier par saison, dans lequel on retrouve des produits spécifiques pour affronter chaque saison. Par exemple, de la crème solaire et du chasse-moustique pour l’été, puis une crème hydratante et un casse-grippe pour l’hiver. »

Des projets à profusion

Sur son terrain de 24 acres, situé sur la rue Felton à Sherbrooke, environ deux acres sont exploités pour le moment, mais Alexandre compte élargir la partie exploitée pour la production de fruits.

« Je tente présentement de trouver un design plus optimal. Je fais des essais de croisement de différents fruits, par exemple la poire et le sorbier, la prune et la cerise. Je prépare cette année le terrain pour un futur verger. Lorsque le nouveau verger sera prêt, je compte installer un kiosque au coin de la rue.  Pour le moment, la vente de produits se fait sur demande. »

Pour la première fois depuis le début de l’aventure Terre d’Abondance, Alexandre a engagé un employé pour une journée par semaine. L’an prochain, il compte engager un employé à temps plein.

La pratique de l’autosuffisance alimentaire

La famille Dagenais-de la Bruyère a dans ses habitudes de vie la pratique de l’autosuffisance alimentaire. Sur le terrain de leur résidence, on retrouve des poules, des chèvres et des cochons kune kune (une race qui se nourrit d’herbe et qui ne détruit pas le sol).

Alexandre pose aussi de nombreux gestes écoresponsables. Par exemple, pour faire son paillis et nourrir le sol, il récupère le bois des émondeurs à Sherbrooke. Puis, pour nourrir ses animaux, il récupère les restants en cuisine de restaurants. Celui qui l’approvisionnait a récemment fermé, alors avis aux intéressés, Alexandre cherche un nouvel endroit pour s’approvisionner.

Notons qu’Alexandre est membre du comité de suivi du Plan de développement de la zone agricole (PDZA) de la Ville de Sherbrooke. Il a aussi eu recours aux services de Pro-Gestion Estrie pour sa ferme.

 

 

Partager

Articles récents

Actualités, Commerce en ligne

Entreprise en ligne : Geneviève Breton veut devenir LA référence en français québécois

19 janvier 2021

Actualités

La cueillette en magasin : une bouée de sauvetage plus ou moins bien maîtrisée par les commerçants en ce temps de confinement ; voici donc comment optimiser le service tout en respectant les consignes sanitaires

18 janvier 2021

Articles Reliés

Actualités, Agriculture Sherbrooke

Agriculture Sherbrooke remet des paniers de produits frais sherbrookois à 25 restaurateurs

14 janvier 2021

Actualités, Agriculture Sherbrooke

Défi 100 % local : la population invitée à choisir ses propres objectifs

5 août 2020
Toutes les publications