De cause à effets ou l’art de rassembler la culture et le milieu des affaires

Partager

Après une carrière en graphisme de plus de 20 ans et de nombreuses années à explorer la pratique artistique en art performance, la Sherbrookoise Marie-Claude Plante a choisi de se lancer dans une nouvelle aventure qui a pour objectif de créer des maillages et des partenariats entre le domaine des arts et le milieu des affaires. Son nouvel organisme à but non lucratif De cause à effets fait d’ailleurs partie des lauréats locaux du 23e Défi OSEntreprendre, dans le volet Création d’entreprise.

L’art et les affaires. Deux univers qui se fréquentent trop peu. Et pourtant. Pour Marie-Claude Plante, ces deux milieux auraient avantage à collaborer, puisque la culture peut être un important levier de développement économique et de création de richesse. Mais qu’est-ce qui freine ces maillages?

En gros,  « les préjugés et la méconnaissance des enjeux rattachés au milieu des arts et de la culture », souligne Marie-Claude. Cette méconnaissance ne s’arrête pas qu’aux entrepreneurs. La population en général aussi. Oui, il y a les têtes d’affiche qu’on voit constamment dans nos écrans, mais il y a les autres. La grande majorité. Ceux-ci pratiquent les arts visuels, les arts vivants (théâtre, danse, musique, chanson), la littérature, les arts de la parole et les métiers d’arts, mais la majorité d’entre eux ne peuvent vivre de leur art et se retrouvent dans une situation économique précaire.

Lancé en décembre 2019 par Marie-Claude Plante, l’organisme De cause à effets a pour mandat de mettre en valeur le travail des artistes professionnels et favoriser le maillage arts-affaires. « J’aimerais valoriser leur travail et leur apport à la société, explique Marie-Claude. Je veux que les artistes professionnels aient le réflexe de venir me voir pour que je puisse aller présenter leur projet. »

Plus concrètement…

Les objectifs De cause à effets sont : d’introduire l’art en entreprise pour qu’en découlent des projets, soutenir la pratique des artistes professionnels en leur offrant des services et de l’appui, ainsi qu’introduire des solutions en philanthropie d’impacts.

Plus concrètement, on pourrait penser, par exemple, à la création d’espaces communs d’artistes en résidence, grâce à l’accommodement d’un propriétaire immobilier, ou encore, à la mise en place d’expositions présentées dans des locaux vacants au centre-ville ou dans différents quartiers de la ville, mis à la disposition d’artistes.

« Il faut sensibiliser les gens d’affaires à investir en culture, mais il faut le faire de manière innovante. Il ne s’agit pas que de donner de l’argent comme un don de charité, mais plutôt de comprendre et d’endosser la démarche. Les maillages arts-affaires, c’est du donnant-donnant. La culture et l’art sont des moteurs du développement économique. »

Avant que la COVID-19 fasse des siennes, il y a maintenant un an, l’organisme De cause à effets  avait comme projet d’organiser plusieurs activités de réseautage, telles que des 5 à 7 et des Spead dating. « C’est un côté que je n’ai pas pu faire fleurir à cause de la pandémie. Il y a des actions qui ont été initiées avant la COVID-19 et qui seront relancées bientôt. Depuis la pandémie, c’est très difficile d’attirer l’attention des gens d’affaires sur ce type de service. Alors je dois absolument resserrer ma stratégie marketing. »

Depuis quelques mois, Marie-Claude Plante collabore entre autres avec Commerce Sherbrooke sur des projets qui verront le jour au centre-ville.

« Marie-Claude est pour nous un point d’ancrage entre la communauté artistique et nos secteurs de dynamisation, explique Philip Bastarache, conseiller à la dynamisation pour le centro à Commerce Sherbrooke. Nous développons depuis quelques mois une belle complicité qui devrait d’ici peu déboucher sur des projets concrets. Nous travaillons avec Marie-Claude entre autres pour les projets Vitrines art affaire, du centro, et Ateliers d’artistes, sur Dufferin. Il s’agit de mandat donné par la Ville dans le cadre du Fonds de relance. »

En lice vers l’échelon régional à OSEntreprendre

La semaine dernière, l’équipe du Défi OSEntreprendre pour l’échelon local a remis un prix à Marie-Claude Plante, dans le volet Création d’entreprise. La Sherbrookoise est donc en lice pour représenter notre MRC à l’échelon régional. « J’embrasse cette visibilité. C’est utile et nécessaire d’avoir de la crédibilité. Je sais que je vais en faire du chemin avec ce prix! »

Pour en savoir plus sur cette entreprise sherbrookoise, rendez-vous sur la page Facebook De cause à effets ou sur le site decauseaeffets.com.

Photos: 

1 Marie-Claude Plante, instigatrice de l’organisme à but non lucratif De cause à effets

2 Marie-Claude Plante en compagnie de Michael Bisaillon, conseiller au développement commercial et à l’analyse stratégique chez Commerce Sherbrooke et membre du jury pour le concours OSEntreprendre.

Partager

Articles récents

Actualités

Rapport annuel 2020 : s’adapter et suivre le rythme

12 mai 2021

Actualités

Serre en ville : la nouvelle entrepreneure qui a troqué les voyages pour le jardinage!

5 mai 2021

Articles Reliés

Actualités

Rapport annuel 2020 : s’adapter et suivre le rythme

12 mai 2021

Actualités

Serre en ville : la nouvelle entrepreneure qui a troqué les voyages pour le jardinage!

5 mai 2021
Toutes les publications