Gagnant du Prix Mentorat OSEntreprendre : démocratiser l’industrie de l’entomoculture avec la jeune entreprise Trébalt

Partager

Trébalt Canada inc, qui se spécialise dans la transformation d’insectes d’élevage destinés à l’alimentation humaine, fait partie des lauréats du 23e Défi OSEntreprendre, pour l’échelon régional, dans la catégorie Mentorat. Cette entreprise sherbrookoise, qui vise un marché en pleine croissance, sera donc accompagnée par un mentor de Sherbrooke Innopole pendant 12 mois.

Étienne Barrast-Amyot et Vincent St-Laurent sont à la tête de cette nouvelle entreprise, qui transforme des insectes issus d’élevage en aliment. L’idée de créer une entreprise en entomoculture vient d’abord d’Étienne, fasciné par ce domaine depuis l’enfance.

« Enfant, j’ai lu dans un livre que, dans certains pays, on mangeait des insectes en les transformant, par exemple, en hors-d’œuvre ou en sauce à spaghetti, explique le jeune entrepreneur de 26 ans. Depuis ce temps, j’ai un grand intérêt pour l’entomoculture. À l’époque, il y a 20 ans, il n’y avait aucun marché pour ça au Québec, mais c’est différent aujourd’hui. Avec notre entreprise de transformation d’insectes d’élevage, nous répondons à un besoin émergent. »

Un burger aux grillons?

Trébalt achète des insectes à des éleveurs du Québec, dont l’entreprise sherbrookoise Tarzan Nutrition, installée au CVA de l’Estrie. Pour le moment, les transformateurs se concentrent sur  les vers de farine et les grillons. « Ce sont des insectes plutôt simples à élever. Le cycle de vie d’un grillon est d’environ trois mois. Pour le moment, nous faisons principalement des burgers à base d’insectes, mais nous avons une dizaine de produits à l’agenda que nous voulons créer », poursuit Étienne, précisant qu’on peut faire de l’élevage comestibles avec plusieurs types d’insectes, dont les abeilles et les libellules.

Les deux entrepreneurs espèrent pouvoir démocratiser cette industrie, en développant et en commercialisant leur produit par une marque attractive et en s’adressant aux détaillants, aux restaurateurs et aux microbrasseries. Ils sont d’ailleurs présentement à la recherche de clients. « Nous n’avons pas encore terminé le développement de notre produit, mais nous avons déjà un bon bassin de personnes intéressées. » Notons que l’entreprise sherbrookoise est aussi accompagnée par Mycélium incubateur alimentaire.

L’insécurité alimentaire fait aussi partie des combats de Trébalt, qui aimerait, dans un futur rapproché, établir des partenariats avec différents fournisseurs officiels de banques alimentaires, que ce soit au Québec ou à l’international.

Pour plus de détails sur cette entreprise sherbrookoise, rendez-vous sur la page Facebook Trébalt Canada.

Photos 1 : Vincent St-laurent et Étienne Barrast-Amyot

Photo 2 : (à l’avant) Étienne Barrast-Amyot et Vincent St-Laurent, en compagnie de Michelle Dallaire, coordonnatrice en mentorat d’affaires chez Sherbrooke Innopole, et Michael Ramos De Rosas, conseiller en entreprise chez Pro-Gestion Estrie et responsable de l’échelon local pour le Défi OSEntreprendre.

 

Partager

Articles récents

Actualités

Rapport annuel 2020 : s’adapter et suivre le rythme

12 mai 2021

Actualités

Serre en ville : la nouvelle entrepreneure qui a troqué les voyages pour le jardinage!

5 mai 2021

Articles Reliés

Actualités

Rapport annuel 2020 : s’adapter et suivre le rythme

12 mai 2021

Actualités

Serre en ville : la nouvelle entrepreneure qui a troqué les voyages pour le jardinage!

5 mai 2021
Toutes les publications