C’est un départ pour l’oasis urbaine… et les commerçants sont prêts!

Partager

C’est aujourd’hui que l’oasis urbaine de la rue Wellington Nord ouvre son décor estival au public. Les commerçants du centre-ville espèrent que ce nouveau projet d’ambiance conviviale, qui s’échelonnera jusqu’en octobre prochain, portera ses fruits en attirant bon nombre de visiteurs.    

« Le projet de l’oasis me plait vraiment pour une première édition, indique d’emblée Catherine Sheehy, propriétaire de la Boutique Piosa, rue Wellington Nord. C’est profitable pour tous les commerçants, car ça met le centro et les commerces qui s’y trouvent de l’avant. J’espère que ce projet laissera sa marque dans les futures années. »

L’idée derrière ce concept? Offrir aux Sherbrookois l’occasion de revisiter leur centre-ville et ses commerçants dans une ambiance de plage, en cette période estivale encore affectée par la crise entourant la COVID-19. Des aménagements (tables, lumières, objets décoratifs, etc.) ont été installés sur une partie de la rue Wellington Nord réservée aux piétons, ainsi qu’au Carré Strathcona. Des aménagements seront aussi complétés dans les prochaines semaines dans l’espace éphémère de la rue Wellington Sud.

Dans l’oasis de la rue Wellington Nord, qui s’étant des rues Meadow à Albert, 20 tables à pique-nique ont été installées (elles respectent les règles de distanciation sociale) et permettront aux visiteurs de venir casser la croûte et prendre un verre dans une ambiance chaude et colorée.

Le restaurant O’Chevreuil-Taverne américaine, situé rue Wellington Nord, voit ce projet d’un bon œil et a tenu à faire sa part, tant au niveau de l’ambiance que du service.

« Nous avons travaillé en proximité avec la Ville, précise Maxime Saumier Demers, copropriétaire du O’Chevreuil-Taverne américaine. Nous avons le feu vert pour avoir un DJ, Louis-Philippe Wax, sur la terrasse tous les jeudis, de 5 à 7, jusqu’en octobre. Notre menu est disponible sur les téléphones intelligents à l’aide d’un code QR, qui servira aussi pour commander à partir de l’oasis, sans avoir à se rendre au restaurant. Le concept de l’oasis évolue sans cesse, alors on pense même pouvoir aller porter les commandes de nos clients directement aux tables (un projet en ce sens est déjà en branle, ce qui devrait permettre très bientôt au public de commander à même les tables de l’oasis, qui sont d’ailleurs déjà numérotées) ».

Un peu plus loin, mais toujours au centre-ville, les commerces de la rue Frontenac espèrent aussi que l’oasis attirera les piétons jusqu’à eux.

« Nous avons vu par le passé que l’animation au centre-ville, peu importe la sorte d’animation, amène des gens, indique Alexe Trudeau, propriétaire du restaurant Kalypso. On espère que l’oasis va attirer le public jusqu’à chez nous, surtout que nous offrons un service de commandes à emporter. Les gens peuvent venir se chercher un repas ou un verre, pour aller ensuite à l’oasis ou pour profiter de notre belle terrasse rue Frontenac. Nous avons d’ailleurs une grande liste de cocktails d’été », poursuit Alexe, précisant avoir fermé complètement le restaurant pendant les trois mois de confinement. Elle compte donc sur la saison estivale pour rattraper ces mois perdus.

Juste à côté, au Bistro Kaapeh Espresso, on espère aussi une affluence. « Nous aimons vraiment le concept de la plage, indique la copropriétaire Marie-Josée Fréchette. Je pense aussi que le DJ du O’Chevreuil apportera une bonne clientèle les jeudis et on souhaite qu’elle se rende jusqu’à chez nous. On est chanceux, nous avons une belle place pour notre terrasse, qui a été créée par Étienne Plante (Bois d’Fer). »

Pendant les trois mois de confinement, le Bistro Kaapeh a offert un service de livraison et de commandes pour emporter. Leur partenariat récent avec le torréfacteur Café Pista connait un bon succès, particulièrement depuis le début de la crise. « Pendant la pandémie, on s’est fait connaitre davantage au niveau de notre café en grain et de nos accessoires. Pendant cette période, on a fait de la livraison,  on a amélioré notre site Web et on a fait beaucoup de publicité Facebook et Instagram. »

Il n’y a pas que les restaurants qui pourront profiter des effets positifs de l’oasis. La Boutique Piosa, située rue Wellington Nord à quelques pas de l’oasis, compte bien profiter de l’achalandage attendu pour accueillir les visiteurs et de nouveaux clients. Chiffres à l’appui, la propriétaire Catherine Sheehy constate chez les consommateurs un réel engouement pour l’achat local depuis les débuts de la crise entourant la COVID-19.

« J’ai connu une augmentation des ventes de 17 % en mai 2020 par rapport à mai 2019. Les chiffres à la hausse se poursuivent encore. Dès que la COVID-19 a frappé, nous nous sommes donnés comme règle numéro un de ne pas nous faire oublier et de démonter à nos clients nos efforts pour faire face à cette crise. »

Côté animation dans l’oasis, le public pourra profiter des rythmes du collectif Bemba, qui performera devant l’entrée de l’édifice de Pro-Gestion Estrie, au 93 rue Wellington Nord, trois fois par semaine, aux alentours des heures du dîner et du souper. Il s’agit d’une initiative de Commerce Sherbrooke. D’autres activités et animations seront dévoilées au cours de l’été. D’ailleurs, l’appel à projet pour animer les espaces publics (dont l’oasis) avec des prestations musicales vient d’être lancé par la Ville de Sherbrooke.

Photo 1 : OChevreuil Taverne-américaine

Photo 2: Catherine Sheehy, de la Boutique Piosa

Photo 3 : Restaurant Kalypso

Photo 4: Bistro Kaapeh

Partager

Articles récents

Offre d'emploi

Offre d’emploi: Conseiller(ère) en gestion

11 août 2020

Actualités

Un local plus vaste pour le Centre de musique Victor de Sherbrooke

7 août 2020

Articles Reliés

Actualités

Un local plus vaste pour le Centre de musique Victor de Sherbrooke

7 août 2020

Actualités

La Bulle interactive : réinventer l’événementiel en contexte de COVID-19

7 août 2020
Toutes les publications