O’Sirop! Le restaurant O’Chevreuil lance un nouveau produit

Partager

Les propriétaires du restaurant O’Chevreuil-Taverne américaine, Maxime Saumier Demers et Charles-Emmanuel Pariseau, n’ont pas chômé depuis le début de la crise entourant la COVID-19. Les idées pour limiter les contrecoups de la pandémie ne manquent pas. Leur plus récente initiative, le O’Sirop, sera disponible dans quelques semaines au grand public.

Le O’Chevreuil agrémente certains de leurs cocktails et desserts par leurs sirops originaux depuis l’ouverture du restaurant de la rue Wellington Nord, il y a six ans. Puisque le produit est apprécié par la clientèle, l’équipe a eu envie de le rendre plus accessible.

« Au cours des deux dernières années, on pensait régulièrement à faire des bébés Chevreuil, raconte Maxime Saumier Demers. Nous participons en ce moment à l’édition de Noël des boîtes-cadeaux Sherbybox, une initiative de la Fondation du CHUS, en produisant des bouteilles de nos sirops exclusifs. Les gens apprécient et la demande augmente constamment. »

Le projet O’Sirop va bon train. Avec l’aide de son équipe, dans les cuisines collectives du Centre de valorisation de l’aliment (CVA de l’Estrie) sur le boulevard Bourque, Maxime concocte différentes saveurs de sirops.

« Nous n’avons encore jamais fait de publicité et nous avons déjà de nombreuses commandes pour des commerces situés jusqu’à Kamouraska! Nous avons vendu 400 unités jusqu’à présent. Lundi soir, nous avons produit notre millième bouteille. Je travaille entre autres avec Christopher, sous-chef au restaurant, et Simon, chef barman. D’autres personnes de l’équipe viennent parfois nous donner un coup de main. Nous avons une super équipe O’Cheveuil », poursuit Maxime.

Les sirops sont faits avec des produits 100 % québécois. La saveur concoctée pour le moment est camerise-pimbina-romarin, mais de nouvelles saveurs s’ajouteront bientôt, dont pomme-concombre-melon, ainsi que sureau. Le site osirop.ca sera accessible dès le 1er décembre. On y retrouvera une boutique en ligne, ainsi qu’un guide de recettes pour réaliser divers cocktails, desserts et salades. Des boites cadeaux seront aussi disponibles juste à temps pour la période des fêtes.

Notons qu’un partenariat a été établi avec la Fondation Rock-Guertin et O’Sirop. « Nous faisons de la récupération alimentaire et l’argent que nous économisons de cette façon est remis à la Fondation », précise Maxime.

Zone rouge : salle à manger fermée et événements reportés

Comme tous les restaurants de l’Estrie, O’Chevreuil a été dans l’obligation de fermer les portes de sa salle à manger, jusqu’à nouvel ordre. Depuis août dernier, le restaurant accueillait de façon mensuelle des chefs et vignerons d’autres entreprises, dans le cadre de ses événements «Un chef à la Taverne», mais puisque l’Estrie est maintenant en zone rouge, l’édition de novembre, qui accueillait le chef Simon Lemire (restaurant Épi buvette à Trois-Rivières), a été reportée. En décembre, si la situation le permet, ce sera au tour du chef Alexandre Vachon (restaurant Tap Room, Manoir Hovey) de prendre le contrôle de la cuisine du O’Chevreuil.

Notons que le service de livraison et de commandes pour emporter est toujours disponible. Des boîtes de Noël de style 5 à 7, créées en collaboration avec Origine l’épicerie locale, sont aussi au menu du O’Chevreuil.

Pour plus de détails sur ce commerce sherbrookois, rendez-vous au osirop.ca.

Sur la photo, à gauche, Maxime Saumier Demers, copropriétaire du O’Chevreuil Taverne-américaine, et à droite, Simon Bourgault, chef barman.

 

 

Partager

Articles récents

Actualités

Une vie bien remplie à Sherbrooke

27 novembre 2020

Actualités, Relance

Des tenanciers de bars résilients, mais inquiets face à l’avenir de leur commerce

19 novembre 2020

Articles Reliés

Actualités

Une vie bien remplie à Sherbrooke

27 novembre 2020

Actualités, Relance

Des tenanciers de bars résilients, mais inquiets face à l’avenir de leur commerce

19 novembre 2020
Toutes les publications