Serre en ville : la nouvelle entrepreneure qui a troqué les voyages pour le jardinage!

Partager

Les résidents de Sherbrooke, plus particulièrement ceux et celles du secteur de Lennoxville, ont peut-être remarqué quelques petits changements au commerce qui a porté le nom Les Serres Neville pendant plus de 35 ans. Nommé maintenant Serre en ville, le centre de jardinage situé sur la rue Wellington Sud a changé de main récemment.  

Anciennement Les Serres Neville, la Serre en ville a été racheté par Caroline Bourdages, une passionnée du jardinage qui, après avoir perdu son emploi de conseillère en voyage en raison de la COVID-19, a décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat. « Ça faisait longtemps que je pensais à me lancer en affaires et l’occasion parfaite s’est présentée, puisque la COVID-19 m’a forcé à arrêter complètement de travailler dans le milieu du voyage », raconte-t-elle.

Propriétaire depuis quelques mois, Caroline savait que la saison de l’an dernier avait été bonne, mais ne s’attendait tout de même pas à un engouement aussi précoce cette année. Pour répondre à la forte demande, le centre de jardinage a ouvert ses portes presque 20 jours d’avance, comparativement aux années précédentes.

« Habituellement, la Serre n’ouvre que le week-end de la fête des Mères, mais depuis déjà plusieurs semaines, les gens arrêtaient devant la Serre et venaient nous demander la date d’ouverture. D’ailleurs, on prenait déjà des commandes. Même s’il y a eu des journées plutôt froides pendant les deux dernières semaines, les gens en profitaient dès que le soleil sortait un peu. »

Ce qui explique cet engouement si tôt dans l’année? La crainte d’une rupture de stock. « Les gens ont peur que la situation de l’an dernier se répète, alors ils achètent immédiatement. Ce qui s’est produit l’an dernier, c’est que les commandes ont été passées avant le début de la COVID-19. Les commerçants n’avaient donc pas prévu cet engouement. Visiblement depuis la pandémie, le budget des vacances est consacré au bien-être chez soi. L’été dernier, il y a eu beaucoup de rénovations de patio et d’installations de piscine. Maintenant, les gens sont rendus à l’aménagement! »

L’équipe de la Serre en ville reçoit d’ailleurs beaucoup de demandes de conseils pour planter les semis plus tôt en saison. Les gens sont fébriles à l’approche des beaux jours. Mais le fait d’acheter ou de réserver d’avance ne donne pas nécessairement le feu vert au jardinage, indique Caroline. « Plusieurs personnes achètent et commencent leurs semis à l’intérieur, mais d’autres préfèrent planter directement au jardin, même si ce n’est pas encore tout à fait le temps. »

Des nouveautés et des projets

La nouvelle propriétaire n’a pas voulu miser sur de grands changements en prenant les rênes de la Serre. Le commerce, qui existe depuis environ 35 ans, est en santé et peut compter sur une équipe expérimentée (certains employés ont plus de trente ans d’expérience en horticulture). Seuls changements ; l’augmentation de l’inventaire des plantes intérieures et la décoration qui a été renouvelée.

« Mon père était antiquaire, raconte Caroline, alors j’ai décidé de décorer la boutique avec des antiquités qui sont simultanément à vendre. Dans les prochains jours, je veux aussi réaliser des jardins de thé, pour présenter des arrangements faits avec des fleurs comestibles (la capucine, la menthe, la pensée, la fleur de ciboulette, etc.) ».

Quant aux projets, ceux-ci sont un peu plus nombreux à l’agenda de la nouvelle entrepreneure. Bien qu’elle espère poursuivre à son compte sa carrière de conseillère en voyage durant l’hiver, Caroline aimerait rallonger la saison de son commerce jusqu’à l’Halloween. Ce qui n’est pas le cas pour le moment. Une boutique de Noël devrait aussi voir le jour l’hiver prochain ou en 2022.

La passionnée de jardinage aimerait aussi aller chercher une nouvelle clientèle, soit les personnes qui ne peuvent développer un intérêt pour le jardinage en raison d’un manque d’espace. « Je veux rendre le jardinage plus accessible, explique-t-elle. Par exemple, j’aimerais proposer des solutions pour ceux et celles qui vivent en appartement et qui n’ont qu’un tout petit espace pour jardiner. J’aimerais aussi ajouter à l’offre des solutions de jardinage à l’année, comme des petits jardins d’intérieur et des potagers de cuisine. »

Pour en savoir plus sur cette entreprise sherbrookoise, rendez-vous sur la page Facebook Serre en ville ou cliquez ici pour visiter le site Web.

Savez-vous pourquoi Caroline a choisi d’appeler son commerce Serre en ville? C’est que les anciens propriétaires, qui faisaient leur production sur leur terre à l’extérieur du centre urbain, avaient l’habitude de parler de leur commerce en disant : la Serre en ville. Caroline a donc décidé de perpétuer cette expression en la choisissant comme nom d’entreprise.

Photo 1 : Caroline Bourdages, propriétaire de la Serre en ville

Photo 2 : Jacinthe Lieutenant et Nadine Raifaud

 

Partager

Articles récents

Actualités

Entreprendre Sherbrooke : la nouvelle organisation de développement économique en opération dès l’automne

22 juin 2021

Actualités

Le Gars du Lac et Hakuna Ananas : deux idées entrepreneuriales qui font leur chemin jusqu’au succès

18 juin 2021

Articles Reliés

Actualités

Entreprendre Sherbrooke : la nouvelle organisation de développement économique en opération dès l’automne

22 juin 2021

Actualités

Le Gars du Lac et Hakuna Ananas : deux idées entrepreneuriales qui font leur chemin jusqu’au succès

18 juin 2021
Toutes les publications